Femmes et Arrêt Cardiaque

Arrêt cardiaque : meilleure survie chez les femmes prises en charge par des médecins femmes

Par Stéphanie Lavaud, pour Medscape

L’analyse de 582 000 cas d’arrêt cardiaque sur une durée de 19 années montre que les femmes ont une survie significativement plus élevée quand… une femme s’occupe d’elle aux urgences.

Originalité de la publication : le travail a été mené à la croisée de plusieurs disciplines. Car bien que traitant d’une thématique médicale – l’arrêt cardiaque – et publiée dans Proceedings of the National Academy of Sciences, l’étude a été réalisée non pas par des scientifiques mais par 3 économistes et stratégistes (2 hommes et 1 femme) issus de grandes écoles de commerce.

Mêlant sciences sociales et médicales, l’hypothèse posée et les conclusions obtenues interpellent.

La question du « gap gender »

« Les gens, encore aujourd’hui, ont du mal à imaginer qu’une femme puisse être victime d’un arrêt cardiaque, même si nous représentons 40% de l’effectif », témoignait le Dr Nicole Karam(HEGP) interrogée par Medscape en 2016 à l’occasion d’une étude française témoignant d’une moins bonne prise en charge des femmes lors d’un arrêt cardiaque. Son travail montrait que les patientes ont moins de chances de recevoir un massage cardiaque en cas d’arrêt cardiaque devant témoin, et sont moins fréquemment orientées vers l’angiographie d’emblée lors de l’admission à l’hôpital. De nombreux facteurs ont été évoqués pour expliquer ce « gap » : les femmes présentent des symptômes qui diffèrent de ceux des hommes, consultent ou avertissent les secours avec retard, sont plus compliquées à prendre en charge.

Partant de ces différentes constatations, les 3 auteurs se sont demandés si la concordance de genre entre médecins et patients pouvait expliquer les issues différentes de l’arrêt cardiaque chez les hommes et les femmes qui en sont victimes. L’hypothèse, qui peut sembler étonnante vue du monde médical, s’appuie sur de nombreuses observations tirées d’études en sciences sociales et s’intéressant aux biais qui se créent à l’intérieur d’un groupe et aux difficultés de communication qui résultent des caractéristiques (hiérarchiques, de genre, etc) des individus au sein d’un espace de travail.

Meilleure survie des femmes prises en charge par des femmes

L’équipe a analysé des données anonymes (issues de 582000 patients) des hôpitaux de Floride entre 1991 et 2010. Ils ont tenu compte de facteurs comme l’âge, l’origine ethnique, et l’histoire médicale des patients, le type d’hôpital, etc…

En considérant tous ces facteurs et en utilisant différents modèles statistiques décrits dans la publication, les chercheurs ont montré que les femmes avaient moins de chance de survivre à un arrêt cardiaque que les hommes et que ce « gender gap » en termes de taux de survie était plus grand chez les médecins hommes.

En clair, quand il s’agissait de patients pris en charge par des femmes médecins, la « différence de genre » en termes de survie était de 0,2%, autrement dit, 11,8 % des hommes en arrêt cardiaque décédaient versus 12% des femmes. Alors que lorsque les patients étaient pris en charge par des hommes médecins, l’écart de survie était plus que triplé, s’établissant à 0,7%, ce qui revient à dire que lorsqu’ils étaient pris en charge par des hommes, 12,6% des hommes mourraient vs. 13,3% des femmes.

Pour affiner leurs résultats, les auteurs ont listé les facteurs en faveur de la survie des patientes et ont établi qu’elle augmentait avec le pourcentage de femmes dans le service des urgences – en particulier si le médecin en chef était un homme – et que le « biais masculin » déclinait aussi avec le nombre de patientes que le praticien avait pris en charge auparavant.

Quelles implications ?

Pourquoi l’inégalité de genre persiste-t-elle au décours de la prise en charge des infarctus en phase aiguë ? Les chercheurs font une réponse assez directe : « la plupart des médecins sont des hommes, écrivent-ils, et les médecins hommes semblent avoir du mal quand il s’agit de soigner des femmes. Le personnel médical doit être conscient des défis auxquels doivent faire face les professionnels de santé hommes lorsqu’ils prennent en charge une femme en arrêt cardiaque – comme, par exemple, le fait que les symptômes diffèrent chez l’homme et la femme ou que les femmes tardent à consulter.

Tout un champ de recherches qui s’ouvre

Laura Huang (Harvard University, Boston), instigatrice de l’étude, et ses deux collègues, en concluent qu’il reste encore beaucoup à faire pour comprendre le mécanisme précis qui fait de cette concordance des genres un point si important, en particulier pour les patientes de sexe féminin, et invitent à mener des recherches incluant « des interventions pratiques ou des épreuves en lien avec un apprentissage ciblé, pour voir si présenter plus souvent des cas cliniques de femmes à des hommes médecins change la donne sur la survie ».

Autre limite de l’étude – si l’on peut dire – « on ne peut omettre la variable suivante, non étudiée ici, à savoir que les femmes-médecins ont tendance à être meilleures que leurs confrères masculins dans tout un tas de domaines, reconnaissent les auteurs. Si les patientes de sexe féminin sont plus difficiles à diagnostiquer et à traiter, les résultats que nous avons obtenus reflètent peut-être aussi le fait que les médecins les plus doués (i.e. les femmes) ont potentiellement un meilleur « retour sur investissement » de leur qualité professionnelle quand elles prennent en charge les patients les plus difficiles, c’est-à-dire les patientes.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s