Revue de Presse

Annales Françaises de Médecine d’Urgence

Novembre 2018.

Modalités d’analgésie-sédation procédurale utilisées en traumatologie extrahospitalière par les médecins urgentistes de France métropolitaine.

Marine Serres, et al. Bordeaux. Dax.

marine_serres@hotmail.fr

Les auteurs dans ce travail analysent l’impact des recommandations de la Société Française de Médecine d’Urgence, édictées en 2010, sur les pratiques. Ils ont obtenues les réponses de 309 médecins.  La morphine reste l’antalgique le plus utilisé (75%), à la posologie de titration recommandée de 0,1 mg/kg. La kétamine est le sédatif le plus utilisé, mais à des posologies inférieures aux recommandations de 0,5 mg/kg. Lorsque le propofol est utilisé, il ne semble pas que de posologies précises soient appliquées. Cette enquête révèle une grande disparité des pratiques.

 

 

Massage du sinus carotidien (MSC).

Henri Lu, M. Pasquier. Lausanne.

henri.lu@chuv.ch

 

Dans cet article très didactique les auteurs rappellent  les indications, contre-indications et les techniques nécessaires pour effectuer cette procédure classique en toute sécurité.

Chez un sujet au repos, les barorécepteurs artériels exercent en permanence un tonus inhibiteur sur les efférences sympathiques et une activation des noyaux bulbaires parasympathiques. En cas d’hypertension artérielle, l’activation des barorécepteurs stimule la voie parasympathique et provoque bradycardie et vasodilatation. En cas d’hypotension, c’est la voie sympathique qui est stimulée et la voie parasympathique inhibée.

Le MSC a deux indications : L’évaluation des syncopes chez les patients de plus de 40 ans. Le traitement initial des tachycardies paroxystiques supra-ventriculaires, lorsqu’elles sont hémodynamiquement stables.

Les contre-indications sont représentées par un risque avéré d’AVC : antécédent d’AVC, et sténose carotidienne.

En ce qui concerne la procédure.

Le patient est informé de la technique et du malaise fugace qu’il peut ressentir.

Un monitorage cardio-vasculaire est posé, avec ECG continu.

Le sinus carotidien est repéré à la bifurcation de l’artère carotidienne, au niveau du cartilage thyroïdien, et du bord médian du muscle sternocléidomastoïdien. Une pression ferme et constante est exercée sur un des deux sinus (jamais sur les deux, en même temps). En cas d’échec, l’autre côté est testé.

Le risque principal est le décrochement d’une plaque athéromateuse carotidienne (0,5%).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s