Information MEDSCAPE

Dépression post-partum: s’interroger sur un trouble bipolaire sous-jacent

Article de Vincent Richeux

 

Rapportant une présentation faite au congrès de l’Encéphale par le Dr Sarah Tebeka (AP-HP, Paris), l’auteur indique que les femmes souffrant de dépression après un accouchement sont plus à risque de développer un trouble bipolaire. La dépression post-partum est fréquente. On estime qu’elle affecte plus de 10% des femmes dans l’année qui suit l’accouchement. Cet état émotionnel, qui a tendance à se maintenir sur le long terme, est à distinguer du baby blues, non pathologique, qui normalement ne dure pas plus d’une semaine après l’accouchement.

« En cas de dépression post-partum, il faut s’interroger sur la présence d’un trouble bipolaire sous-jacent », a souligné le Dr Tebeka. Selon une récente étude danoise, portant sur plus de 120 000 femmes suivies à long terme après un premier épisode dépressif, le risque de trouble bipolaire serait, en effet, accru chez celles ayant eu cet épisode pendant le post-partum.

En cas de dépression post-partum, il faut s’interroger sur la présence d’un trouble bipolaire sous-jacent Dr Sarah Tebeka

Une dépression plus sévère

Chez ces femmes, sans antécédents psychiatriques, prises en charge pour une dépression survenant après l’accouchement, les résultats montrent un taux de trouble bipolaire de 2,64% (IC 95%, [2,06-3,39]), après un suivi de 15 ans, contre 1,77% (IC à 95%, [1,28-2,44]) chez celles traitées pour une dépression commune.

Lorsque la dépression est associée à un trouble bipolaire, « elle est généralement plus sévère en post-partum » et se montre souvent résistante au traitement, précise la psychiatre. Il faut alors interroger la patiente sur d’éventuels épisodes dépressifs antérieurs, survenus de manière récurrente, et rechercher les antécédents familiaux de trouble bipolaire.

Autre facteur de risque majeur : la présence d’un trouble dysphorique prémenstruel (TDPM), une forme sévère du syndrome prémenstruel qui se caractérise notamment par une humeur dépressive pendant la phase lutéale, en fin de cycle menstruel. « Les femmes bipolaires avec TDPM souffrent davantage de dépression pendant le post-partum ».

D’un point de vue clinique, les épisodes dépressifs présentent quelques particularités. Ils sont souvent associés à des douleurs physiques, des troubles du sommeil ou de l’asthénie. « Il faut être particulièrement vigilant vis-à-vis de ces symptômes physiques, considérés comme normaux après l’accouchement, alors qu’ils sont le signe d’un état dépressif. »

Les femmes bipolaires avec TDPM souffrent davantage de dépression pendant le post-partum d’après le Dr Sarah TebekaPublier

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s