En direct du Congrès NAEMSP de San Diego

Fibrillation Ventriculaire Réfractaire (FVR) hors de l’hôpital

Marc Conterato, MD. Minnesota

 

Définition de la FVR :

Fibrillation ventriculaire résistante aux chocs électriques. Elle est due à une ischémie myocardique créant une instabilité électrique. Ce concept de « tempête électrique » explique l’instabilité.

FV et TV sont, selon les recommandations traitées par trois défibrillation et de l’épinéphrine toutes les 3 à 5 minutes.

La FVR est résistante à ces options.

Une FV récurrente est traitée par la défibrillation, mais récidive rapidement. Contrairement à la FVR elle est traitable par des médicaments.

 

Les options :

Continuer la RCP pendant 30 minutes, défibriller régulièrement, ajouter de l’épinéphrine, du bicarbonate, de la cordarone.

Amener le patient à l’hôpital local en continuant la RCP en route

Amener le patient vers un centre de cathétérisme coronaire et continuer la RCP

Amener le patient vers un centre doté d’ECMO et continuer la RCP

 

Qu’en est-il de l’épinéphrine ?

Il n’a jamais été démontré une efficacité dans la survie des arrêts cardiaques.

Elle augmente la consommation d’O2.

Elle est responsable de vasoconstriction cérébrale et myocardique.

C’est une catécholamine dysrythmique, rendant la défibrillation potentiellement plus difficile.

 

Qu’en est-il de l’esmolol ?

Elle diminue le tonus sympathique toujours augmenté dans l’arrêt cardiaque. Elle augmente le taux de survies en bon état neurologique.

 

Qu’en est-il de l’intra-lipide ?

Elle ouvre les voies mitochondriale aux acides gras donnant aux cellules myocardiques l’énergie dont elles ont besoin.

 

Qu’en est-il de la Double Séquence de Défibrillation (DSD) ?

Connu depuis trente ans, ce concept est basé sur le besoin d’une énergie électrique plus élevée lors d’une FVR, ainsi que d’une surface myocardique touchée plus importante. Le placement des électrodes est très important. Au total, 90% du myocarde doit être impacté, avec une énergie supérieure à 14 A.

 

Qu’en est-il de l’ECMO ?

Elle est pratiquée avec succès par le SAMU de Paris, par exemple. Les critères d’inclusion sont : patient entre 18 et 75 ans, avec une étiologie coronaire probable, et sans pathologie hémorragique.

Tous ces patients sont intubés et placés sous massage automatique. Après trois défibrillations infructueuses, ils reçoivent de la cordarone ou de la lidocaïne.

 

Nos recommandations

Le massage automatisé ouvre des fenêtres d’opportunité pour ces patients. L’épinéphrine doit être limitée à 3 mg.

L’esmolol est utile.

La DSD est une option à retenir.

L’ECMO est une solution d’avenir.

Simplement appuyer sur les électrodes (avec des gants !) lors de la défibrillation peut la rendre plus efficace.En direct du Congrès NAEMSP de San Diégo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s